L'évaluation des acquis de formation - Le portfolio

"Est compétent celui qui sait pourquoi il a agi ainsi et pas autrement"...

Comment former aux compétences à partir des situations de travail ?

Partir des situations de travail pour faire acquérir des compétences repose sur quelques principes largement partagés :
  •  toute compétence est mobilisée « en situation », elle est dite « située »;
  •  la compétence est une combinaison de plusieurs éléments. Toute tâche pour être réalisée nécessite la mobilisation de connaissances, d’outils, de techniques, de procédures, etc. Chacun va ainsi faire appel à des ressources externes (guides, référents, réseau, outils, etc.) et des ressources internes (connaissances, situations professionnelles passées, etc.) pour construire sa propre démarche afin d’effectuer * le travail demandé. Devenir compétent consiste finalement à remplir progressivement ce « sac à dos » de ressources pour pouvoir faire face à n’importe quelle situation de travail.
  • pour une compétence donnée, il existe plusieurs niveaux d’acquisition qui dépendent principalement de la capacité de chacun à affronter des situations de travail plus ou moins complexes ou comportant plus ou moins d’éléments inattendus (les aléas). C’est pour cela que le référentiel indique pour chaque situation des niveaux croissants de complexité ou d’aléas ;
  • « est compétent, celui qui sait pourquoi il a agi ainsi et pas autrement » ; il est donc nécessaire pour acquérir une compétence non seulement de « faire » mais aussi « d’expliciter » à l’oral ou par écrit ce que l’on a fait, ce à quoi on a renoncé, les erreurs évitées ou corrigées, pour s’approprier et « prendre conscience » de son activité

Dans nos classes...Collecter les traces de l'activité des élèves


Dans nos classes... Évaluer au fil de l'eau
 

 

Qu’est ce que l’explicitation ? Comment faire expliciter les élèves ?

L’explicitation fait partie intégrante du processus d’acquisition des compétences car c’est le moment où chacun va s’approprier son activité en en parlant ; ce point est central car cela permet de passer « du geste à la compétence ». Concrètement, l’explicitation, écrite ou orale, consiste en la recherche avec d’autres de points communs, de différences, la mise à jour des hésitations, des erreurs, des choix opérés, des difficultés, des manques, des besoins de connaissances complémentaires, etc.

Elle peut se faire directement avec le professeur, ou sans le professeur en petit groupe, en binôme. L’explicitation peut conduire naturellement les élèves à mieux décrire leur situation de travail, à l’oral comme à l’écrit, via notamment leur passeport professionnel. Mais encore un fois, l’explicitation ne doit pas être confondue avec la capacité à rédiger même si elle y contribue indéniablement.

Dans nos classes... Évaluer pour certifier



Quelle est la place laissée à l’acquisition des savoirs ?

Les savoirs sont indissociables de toute activité professionnelle et nourrissent les compétences (elles remplissent le « sac à dos » !). Cela concerne tant les savoirs généraux que les savoirs plus techniques, et les savoir-être. Ils peuvent être enseignés en amont comme en aval des activités, tout comme il peut apparaître nécessaire de leur réserver une place au cours de l’activité même. Si le référentiel a décrit explicitement les savoirs, il est évident que d’autres types de savoirs peuvent aussi nourrir ces situations.

Quel est l’intérêt des espaces professionnels ?

La constitution des espaces professionnels s’inspire des résultats des travaux de recherche concernant la formation professionnelle au sein des simulateurs (notamment des simulateurs de vol). On sait que ces situations simulées sont tout autant source d’apprentissage que les situations réelles vécues en PFMP à la différence près que le jeune les acquiert dans un milieu sécurisé qui permet davantage d’erreurs, d’essais et de retours sur l’activité.

On apprend donc en simulation à condition toutefois de pouvoir reproduire le plus fidèlement possible la réalité : c’est l’objet des espaces professionnels, véritables "simulateurs administratifs", que de correspondre le plus fidèlement possible à l’environnement de travail du gestionnaire administratif pour immerger les élèves dans une réalité professionnelle tout en reproduisant les conditions décrites dans le référentiel.

Mais le cadre n’est pas tout, il faut aussi que les activités demandées, les situations proposées correspondent aussi à cette réalité. C’est tout l’intérêt des scénarios que de permettre l’enchaînement des travaux administratifs.

Finalement tout cela n’est rien d’autre que l’application à la filière administrative de ce qui se fait par ailleurs dans les ateliers industriels ou les restaurants d’application…

Dans nos classes... Travailler dans un environnement phygital, le simulateur pédagogique



Trompe-toi !
“J’ai peur de me tromper…”
“J’ai bien une idée mais j’ai peur que ce ne soit pas la bonne….”
“Je stresse, j’ai un contrôle…”
Combien de fois j’ai entendu ces phrases, en classe comme en accompagnement à domicile.
L’erreur fait partie des apprentissages, nous le savons tous, nous adultes, parents, enseignants, mais les jeunes ont davantage de mal avec cette idée.
 

Comment tracer les acquis de formation ?

"Se tracasser de la qualité de ses pratiques d'enseignant est un très bon signe, et c'est très apprécié des élèves." [...]"L'évaluation des acquis de formation est un thème très vaste. La mesure de l'apprentissage est un bon indicateur de la qualité de nos enseignements : L'essentiel est que les élèves apprennent et non pas que nous enseignons".
Conférence de Marianne POMMAY, professeur à l'université de Lièges - INSA Toulouse, Journée de la pédagogie

Introduction : L'évaluation des acquis de formation

  • Le contexte
  • Les différents types d'acquis de formation
  • Un nécessaire alignement pédagogique
  • Les qualités d'un dispositif d'évaluation
  • Pour évaluer en formation les ressources (ou savoirs), quelques points d'attention : l'aspect formatif et diagnostique, la qualité du feedback et l'authenticité
  • Pour évaluer les compétences de formation : le portfolio ou le dossier de traçabilité
  • ... et quelques conclusions
 

Viser un alignement constructif

  • Le travail des ressources (ou savoirs) par rapport aux compétences (taxonomie de Bloom 1956)
  • La mesure du développement de compétences
  • La finalité, les activités et l'évaluation : la manière d'évaluer va être déterminante de la façon dont les élèves vont se mettre au travail, dont ils vont écouter et de se mettre en action.
  • Comment les y entrainer ? Comment vérifier qu'ils savent agir ? Pas seulement qu'ils connaissent, il faut qu'ils comprennent et qu'ils appliquent...
  • Les vécus sont riches et complexes au travers des PMFP
  • Les plonger dans une authenticité maximale, c'est simuler en formation des réalités professionnelles. Il est indispensable qu'ils perçoivent le lien entre ce qu'on leur demande de faire et leur profession future.
  • Les qualités d'un dispositif d'évaluation. L'évaluation ne doit pas être "un piège" pour progresser.
  • L'importance du "feedback" pour l'élève et pour l'enseignant

Principes pour un Feedback performant

  • Indiquer ce qu'est une bonne performance
  • Faciliter le développement de l'autoévaluation
  • Fournir des informations aux enseignants sur leurs apprentissages
  • Encourager le dialogue sur l'apprentissage
  • Encourager l'estime de soi et une motivation positive (ne pas oublier de dire ce qui va bien ! il faut rassurer...)


Exemples d'évaluations

  • Les outils en ligne sont très utiles au travail des savoirs (Moodle, quizz, vidéos, etc.)
  • La correction, le "feeddback" : retour personnel sur l'activité, corrigé généraliste avec suffisamment d'explication, etc.
  • La correction contextualisée : proche du réel professionnel et correspondant à la construction de la compétence.
  • Des situations authentiques pour évaluer les compétences  : simulation des situations professionnelles scénarisées, immersion en entreprise,  vie personnelle de l'élève, etc.



Caractéristiques de l'évaluation en situation authentique

  • Proposer une situation réaliste
  • Favoriser le jugement pour pouvoir donner du "feedback" à l'élève
  • Permettre la réalisation de quelque chose par l'élève, ce n'est pas juste raconter ou dire.
  • Simuler un vrai contexte d'une vraie situation professionnelle (ou simuler un contexte suffisamment réaliste pour y croire "inspiré d'une certaine réalité")
  • Réaliser des tâches en lien avec le référentiel de compétences
  • Proposer des tâches complexes
  • Favoriser le feedback de l'élève sachant que toutes les situations ne permettent pas ce retour sur activité



Traces de l'expérience en fin de cursus

"Le portfolio (ou le dossier) est un échantillon de preuves, sélectionnées par le jeune en formation pour rendre compte de ses apprentissages" (Jacques Tardif, 2006)

Il s'agit d'un dossier (classeur, blog, site, etc. tout support choisi par le jeune !) qui permet de collectionner, puis de sélectionner des traces  (écrits, photos, références, audios, vidéos, schémas, cartes mentales, etc.) qui témoignent d'un développement de compétences.

L'avantage de l'approche selon Naccache, 2006
- Prise de conscience de la qualité des acquis de l'expérience (simulée ou réelle)
- Amélioration de la confiance en soi
- Acquisition d'une capacité réflexive à l'égard de son développement professionnel et de ses pratiques professionnelles
- Acquisition d'une capacité d'auto-direction

"Il faut décrire pour pouvoir analyser..." Preuve = faisceau des traces commentées liées aux référentiels de compétences. Peu importe l'outil, c'est la trace qui compte !

Un accompagnement nécessaire qui ne s'improvise pas :
- Suivre l'élève dans la construction du portfolio car la tâche est complexe
- Fournir des consignes précises : raisons, productions attendues, échéances, soutien, rôles de chacun
- Permettre la consultation
- Informer sur l'acquisition des compétences

L'avantage pour l'enseignant
Lorsqu'on lit un "dossier de traces" (ou portfolio), on part de zéro le jeune n'a rien démontré. Et plus nous lisons, plus nous parcourons ses traces, et plus on se dit "ah oui, il maîtrise ça, mais aussi ça..." Tout ce que l'on peut lire nourrit la connaissance que l'on a du jeune sur le degré d'acquisition de ses compétences. On met alors du sens dans la formation du jeune.



Questions-Réponses sur la conférence




Téléchargez le document "Les portfolios : vers une évaluation plus intégrée et plus cohérent avec la notion complexe de compétence"

Les Principes d’acquisition des compétences dans les formations professionnelles - Durée 30 mn

Si l’approche par compétences s’est étendue à l’ensemble du système éducatif, il semble que chaque acteur, chaque discipline, chaque filière de formation s’en empare en revendiquant une vision qui lui est propre, certes cohérente et pragmatique, mais fragile car insuffisamment partagée. C’est pourquoi, grâce aux apports de la recherche, ce parcours vise à solidifier ces différentes « cultures de la compétence » par l’appropriation de quelques concepts-clés fondant toute démarche d’acquisition des compétences.

Description du parcours

La construction de scénarios pédagogiques et plus largement la conception de modules visant l’acquisition de compétences professionnelles suppose en amont de maîtriser quelques fondamentaux éclairés par la recherche en analyse du travail et notamment par la didactique professionnelle.

Les deux activités proposées dans ce parcours permettent ainsi de :
- Mieux s’approprier le concept de compétence en le distinguant notamment des autres formes d’acquis professionnels (capacités, habiletés, attitudes, aptitudes) ;
- Maîtriser le processus général d’acquisition des compétences en formation ;
- Concevoir des situations d’apprentissage respectant les phases d’acquisition des compétences.

Objectifs visés

  • Caractériser le concept de compétence
  • Distinguer compétence, capacité, habileté, attitude, aptitude
  • Identifier les phases du processus général d’acquisition des compétences
  • Caractériser les phases de verbalisation, de conceptualisation, de généralisation
  • Repérer les niveaux de compétences à partir de l’introduction d’aléas et de complexité dans les situations professionnelles
  • Déceler l’apparition de la compétence à partir d’un retour oral professionnel
Inscrivez-vous !

  • 1

Les liens utiles


Contactez-nous : contact@cerpeg.fr

Nous connaître

Le Cerpeg est le Centre de ressources pour l'enseignement professionnel en économie-gestion dépendant de la DGESCO.

L'équipe du CERPEG

L'équipe éditoriale

- Miriam BENAC IGÉSR
- Myriam MAZOYER IEN Créteil
- Dominique VASSAL IEN Lyon
- Laurence ULMANN IEN Versailles
- Isabelle VALLOT IEN Versailles
- Jean-Luc KOEHL Agrégé éco-gestion Strasbourg
- Fabienne MAURI PLP éco-gestion GA Bordeaux - Webmaster